Je ne comprenais pas pourquoi son œil toujours s’epancher sur la lagune des caprices…d’une envolee de mots je veux faire ma redemption…j’accumule les ondes accrochees en boucle sur l’arriere du jardin…les heures ont trop tisse, elles veulent se reposer a l’ombre du huitieme etage de l’insomnie… je me pointe avec mes souliers rouges vernis mais j’ai beau entrechoquer les talons, l’ »oz » a disparu…j’enfile ma seconde vie et implore le magicien de revenir…mon vœu ? il est tatoue en mon saint…comme une priere…

Je candescence le miroir terni et vais le faire parler comme la marre de thee…au jasmin…dessine moi l’avenir…mais le fusain a perdu le fil…je ralentis la course de mon esprit et l’observe pour mieux le reflechir…

Ultime voyage, dernier voyage qui resumera et inversera a jamais celle que j’etais ou aurais du etre…

Lune, protege moi…nouvelle tu seras…nouvelle tu m’accepteras…